Fermer Passer en plein écran
Fermer
Merci de vous identifier

Créer un compte

Mot de passe oublié

 
Ecouter la radioFrance InterRTLFranceinfoSud radioFun radioEurope1RTL2
Agenda des sorties en Lot-et-Garonne (47)
Proposez un
événement
Accueil > Agenda > Les lumières d’Oujda

Les lumières d’Oujda

Retour
Les lumières d’Oujda

Poésie / Slam

Centre culturel Jacques-Raphaël-Leygues23, rue Etienne Marcel47300 - Villeneuve-sur-LotTél. : 05 53 40 49 00Vendredi 17 septembre
20h30Tarif : GratuitDurée : 1hTout public

Adaptation pour la scène du roman de Marc Alexandre Oho Bambe
Connu sous le pseudonyme du Capitaine Alexandre, Marc Alexandre Oho Bambe est un dandy de grand chemin, être écrivant vivant à contre jour, au tempo du corps et du cœur en accord, respirant au rythme de mots bleus jetés entre les îles du monde. Ses textes, écrits du bout des lèvres, sont des instants fugaces éclatant sur le papier, avant d’être mis en voix par le slameur. Chez Capitaine Alexandre la scène est une seconde nature, comme la nécessite d’être et trouver le sens de sa présence au monde, laisser une trace, partager un moment d’humanité avec le public. La littérature, la poésie, la philosophie, la musique et le slam sont pour lui des indisciplines artistiques et des déraisons d’art de vivre, urgentes, nécessaires et vitales.
Capitaine Alexandre inscrit ses poèmes et ses pas dans ceux, essentiels, de ses guides a penser et professeurs d’espérance que sont entre autre Aimé Césaire et René Char mais aussi Abdourahman Waberi, Anthony Phelps, Abd Al Malik, Rodney Saint-Eloi : sa poésie chante les possibles, le don de soi, l’amour et la révolte, la quête de l’humain, « rien que l’humain » et le refus radical de vivre « les bras croisés en l’attitude stérile du spectateur ».
Accompagné de musiciens, il nous offre en partage dans ce spectacle intime et intimiste, personnel et universel a la fois, un propos riche d’humanités enlianées et d’espérances entrelacées, malgré les tempêtes, la rage et le désespoir qui minent des femmes et des hommes, enfants du monde. En quête d’azur.

« Quand je slame un texte, je n’ai pas l’impression de faire autre chose que de le dire en rythme. J’ai fait du rap quand j’avais 16 ans. C’est une musique qui m’accompagne toujours même si je m’en suis émancipé. Pour faire du rap, il faut des musiciens. Or le slam, offre une liberté absolue. Depuis sa création, tout est à inventer. En slamant, je peux être a cappella, accompagné d’un danseur, avec de la musique... Il n’y a pas d’archétype. Le slameur invente la manière dont il veut partager son texte. Cette « indiscipline artistique » me convient donc très bien. »
Marc Alexandre Oho Bambe

« On ne sait pas quelle magie Marc Alexandre Oho Bambe transforme chaque épreuve en une parole lumineuse. Sa voix sublime le réel. » Le Figaro littéraire

PartagerPartager sur linkedinPartager sur pinterest