Fermer Passer en plein écran
Fermer
Merci de vous identifier

Créer un compte

Mot de passe oublié

 
Ecouter la radioFrance InterRTLFranceinfoSud radioFun radioEurope1RTL2
Agenda des sorties en Lot-et-Garonne (47)
Proposez un
événement
Accueil > Agenda

Agenda des sorties en Villeneuvois

Filtrer les résultats()



















Inverser la selection


La plus précieuse des marchandises

Tout commence dans un bois, avec une pauvre bûcheronne et un pauvre bûcheron…Quand Jean-Claude Grumberg choisit le conte, forme singulière pour évoquer la déportation.Jean-Claude Grumberg nous dit avoir choisi le conte parce que « raconter la vérité est impossible ».Comment imaginer, en effet, que l’on puisse condamner à la déportation deux enfants qui viennent de naître et leurs parents ?Malgré le froid et la faim constante en ces temps de Seconde Guerre mondiale, au loin se profile l’espoir.Grumberg l’humaniste ne peut se résoudre au triomphe de la barbarie.L’auteur, pour qui la déportation de son père et de ses grands-parents restera le perpétuel traumatisme, nous emmène ici dans la forêt profonde où, à la rudesse des temps se mêlent parfois poésie, amour, bonté, drôlerie.Ainsi avançons-nous dans un récit où se croisent les destins.Lire les textes et voir les pièces de Grumberg, c’est garder vivace la flamme du souvenir et permettre aux plus jeunes de se fondre dans une mémoire qu’il faut sans cesse réactiver, pour ne jamais oublier, de générations en générations.Compagnie Théâtre Les Pieds dans l’eauDe Jean-Claude Grumberg - Un conte - La librairie du XXIe – SeuilScénographie : Clémentine Fort et Claire ColnotMusicien : Médéric GrandetRégie lumière : Laurent ParisCostumière : Esther PillotCoach corporel et vocal : Émilie DeclaPhoto : Virginie Lapeyre

25
jan
Villeneuve-sur-LotThéâtre Georges-Leygues

La plus précieuse des marchandises

Théâtre

Avignon Varda Vilar

« Le ciel, la nuit, le texte, le peuple, la fête. En cinq mots, Jean Vilar livre les clés du Festival, alors même qu’il n’est qu’un rêve ébauché.Au commencement il n’y avait rien, des pierres saintes, une ville ensommeillée, un homme seul, avec un idéal sans asile. Paris n’avait pas voulu d’un grand théâtre populaire, il fallait l’inventer ailleurs, le faire surgir dans les ruines d’un palais, en pleine reconstruction d’un pays meurtri. »Olivier PyLe musée de Gajac s’est investi dans un projet singulier : remonter aux origines du festival d’Avignon dans un bel hommage à la cinéaste Agnès Varda, disparue le 29 mars 2019.En septembre 1947, en Avignon, la programmation d’une exposition de peinture, de concerts, de trois créations dramatiques dirigées par Jean Vilar, marque la naissance du festival.Dès 1948, Jean Vilar propose à Agnès Varda de faire les photographies des spectacles.Elle devient dès lors, et jusqu’en 1959, la photographe officielle du festival.Loin des scènes parisiennes aux espaces confinés et installées dans la routine, Vilar va démontrer dans les ruines d’un palais que la décentralisation génère un nouveau théâtre pour un nouveau public.Dès 1947, il provoque, prend des risques avec une programmation ambitieuse et une mise en scène inédite.La révolution théâtrale est en marche : le plein air, la nuit, la confrontation avec d’autres formes artistiques… tous les grands noms du spectacle vivant vont y défiler.Agnès Varda, photographe, va participer, par ses portraits devenus emblématiques de Maria Casarès, Gérard Philipe, Jeanne Moreau, Philippe Noiret…, à la légendaire période Vilar.Dès ses premières photographies, elle fait preuve d'une grande liberté.« Elle déplace les acteurs en-dehors de la scène, en pleine nature. Elle immortalise un Gérard Philipe en mouvement, devant un immense arbre près du Palais des Papes, ce qui confère une grande modernité et une certaine étrangeté à cette image devenue iconique. Il y a presque un aspect impressionniste dans sa vision, beaucoup de personnalité dans ses choix de mise en scène et de cadrage », analyse Julia Fabry, commissaire de l’exposition.Le choix de ce commissariat sur mesure pour le musée de Gajac était de mettre à jour la volonté d’ouverture de Jean Vilar.C’est pourquoi l’exposition a été intitulée Le Théâtre à ciel ouvert.Un théâtre joué certes en extérieur, dans la cour d’honneur du Palais des Papes d’Avignon, mais aussi et surtout un art accessible au peuple, tourné vers le monde, vers l’autre.Une sélection de photographies d’Émile Zeizig, prêtées par l’association Mascarille, témoignent de l'évolution du festival d'Avignon dans sa contemporanéité.

Jusqu'au
6 mars
Villeneuve-sur-LotMusée de Gajac

Avignon Varda Vilar

Exposition

Lili Cros & Thierry Chazelle

Hip ! Hip ! Hip !Deux voix, deux plumes, deux styles en parfaite harmonie pour une chanson française d’excellente facture. VilleneuVoix est heureux d’accueillir la plus villeneuvoise des Agenaises et son normand de mari pour un retour aux sources diablement attendu.Couple à la ville, duo à la scène, Lili Cros et Thierry Chazelle produisent leur premier album Voyager léger en 2011 et remportent un coup de cœur de l’Académie Charles Cros. Suivent deux autres albums qui vont être remarqués et récompensés, une tournée ininterrompue de plus de 800 concerts avec l’Olympia en apogée : la salle est comble et chaleureuse, à l’image de la relation que les deux artistes indépendants tissent avec leur public. Reconnus par leurs pairs, ils bénéficient de collaborations artistiques de premier plan comme celle de Florent Marchet (Benabar, Calogero, Axelle Red, Bernard Lavilliers…) ou François Poggio (Pomme, La Grande Sophie...) qui participent à la réalisation et aux arrangements de ce quatrième album Hip ! Hip ! Hip !. Le répertoire est varié, musicalement et vocalement, tantôt tendre, tantôt humoristique, hilarant parfois. Ce duo de charme aux timbres complémentaires et au jeu authentique séduit, tant sa fraîcheur et sa joie de vivre sont contagieuses !Mise en scène : Fred Radix et Francois PilonRéalisation de l’album : Florent Marchet et Francois PoggioPhoto : Raphaël Neal

3
fév
Villeneuve-sur-LotThéâtre Georges-Leygues

Lili Cros & Thierry Chazelle

Concert

Arnaud Rebotini + Cabaret Contemporain

Arnaud RebotiniÉlectro 100% AnalogiqueCo-fondateur du groupe Black Strobe, Arnaud Rebotini est un pionnier de la techno française. Touche à tout depuis le milieu des années 90, il a également un pied dans le cinéma avec la bande originale du film événement « 120 battements par minute » de Robin Campillo. À côté de son groupe Black Strobe, Arnaud Rebotini joue beaucoup en club, mais faire le DJ, très peu pour lui. Il n’est jamais aussi à l’aise que sur une scène, entouré de ses synthés, boîtes à rythme et autres machines destinées à électriser le public sur des harmonies sombres et des mélodies hypnotiques. Son amour du live se manifeste par un refus de l’ordinateur et de la musique pré-enregistrée. À chaque show, le producteur s’entoure de ses machines et construit ses morceaux au fur et à mesure de sa performance…De l’électro, 100% analogique, garantie sans ordinateur !Cabaret ContemporainÉlectro sans machineCe sera leur troisième venue sur Agen. Les deux premier passages on marqué les esprits : le premier était un concert subaquatique à la piscine Aquasud (Wet Sound) en 2015, le deuxième sur le Festival les Instants Perchés en 2017, sur le toit du marché parking à Agen, sur une scène ouverte à 360°… Après avoir approché divers genres musicaux au cours de leur formation et carrière – de la musique contemporaine à la techno, du minimalisme au rock en passant par la musique improvisée – les musiciens du Cabaret Contemporain développent ici une approche inédite de leur instrument pour transposer la force, la variété et l’hypnose d’un live électro avec un groupe de cinq musiciens acoustiques ! Ils jouent sur des instruments (guitare, batterie, piano, deux contrebasses) préparés d’après leurs propres méthodes, pour restituer l’énergie de la dance music à la sueur de leurs fronts. Ce nouveau live confirme leur réputation de « boîte à rythme géante » et porte la trace de leurs inspirations : Kraftwerk, Jeff Mills, Four Tet ou encore James Holden… Un concert électro… Sans machine !  Et si on cherche un tout petit peu, dans les featuring du dernier album apparait un certain Arnaud Rebotini...

4
fév
AgenLe Florida

Arnaud Rebotini + Cabaret Contemporain

Concert

Duo Berimba

Compagnie ToumbackLes percussions corporelles, un genre musical à part entière, qui associe la musique et la danse, une forme hybride où l’on fait de la musique avec son corps et l’on danse avec son instrument.Ce duo hors-norme donne à (re)découvrir un répertoire cosmopolite dans des arrangements originaux et des compositions pour guitare et percussions classiques et corporelles. Au bout des doigts virtuoses de ces deux Rochelais prennent vie des ambiances ibériques empruntées à Manuel De Falla ou Isaac Albeniz, la sensualité de la bossa nova de Carlos Jobim ou les rêveries de compositeurs contemporains sous influences traditionnelles. Leurs improvisations se situent à la croisée du classique, du jazz et des musiques traditionnelles. Le conservatoire Béla-Bartók accueille pendant la saison 2022-2023 la compagnie Toumback afin de mener à bien un projet d'expérimentation pédagogique interdisciplinaire basé sur les percussions corporelles, l’objectif étant d'investir le corps dans la pratique artistique, de faciliter et d'ancrer davantage les apprentissages. Ce projet permettra également au conservatoire de renforcer son partenariat avec l’Éducation nationale et les associations locales en invitant les enseignants, animateurs ou éducateurs qui le souhaitent, à s'initier à cette pratique et à participer à des projets artistiques et pédagogiques. Créer du lien entre l'apprentissage et la finalisation, voilà l’un des piliers fondamentaux de la médiation et de l'enseignement artistique et culturel.Direction artistique : Stéphane GrojeanGuitare : Béatrice MoriscoPercussions instrumentales est corporelles : Stéphane GrojeanTechnicien son : Benoît CourtelPhoto : Rémi Angeli

8
fév
Villeneuve-sur-LotThéâtre Georges-Leygues

Duo Berimba

Concert

Si on Chantait ?

Arc en Ciel Productions et la Compagnie Trabucco présentent en Tournée Nationale : « Si on chantait ? » Dans un charmant petit port du Sud de la France, la vie bat son plein.Les habitants y sont heureux même si la routine a envahit le quotidien.Il n'y a qu'à voir comme la femme du boulanger s'ennuie De son côté, le Maire du village prépare en secret un projet auquel les habitants vont rapidement s'opposer, puis, l'arrivée au port d'un séduisant marin va chambouler leurs existences.De nombreux clins d'oeil aux magnifiques histoires de Pagnol, revisitées et modernisées par la Compagnie Trabucco ! Une histoire pleine d'humour et d'émotions où le public est invité à revivre des moments inoubliables au rythme des grands noms de la chanson française.Venez vibrer avec nos Artistes pour 2h de spectacle, dansé et chanté en direct et vivez L'Amour à la Provençale !Venez découvrir notre spectacle musical qui aura pour fil conducteur l'amour des mots et le sens du texte Au programme de l'Amour à la Provençale, vous retrouverez les chansons les plus connues et incontournables de Jacques Brel, Charles Trenet, Barbara, Edith Piaf, Fernand Sardou, Juliette Greco, Charles Aznavour, Mike Brant, Claude François, Véronique Sanson, Jean Ferrat, Dalida, Hélène Segara, Michel Sardou, France Gall, Joe Dassin, Johnny Hallyday, Michel Fugain, Serge Gainsbourg, Mireille Mathieu, Claude Nougaro, Michelle Torr, Daniel Balavoine, Sylvie Vartan, Eric Morena, Hugues Aufray, Diane Tell, Michel Polnareff, Pierre Bachelet, Gilbert Montagné.

10
fév
FoulayronnesCentre culturel Le Galion

Si on Chantait ?

Concert

Billie Holiday, une affaire d'état

L’UNIPOP de ville en ville est un nouveau rendez-vous du Ciné Liberty pour la saison 2021-2022.C’est en quelque sorte un petit frère de l’UNIPOP du Jean Eustache de Pessac qui fait le bonheur des spectateurs depuis 10 ans maintenant en proposant toute l’année des conférences sur les arts, la littérature, le cinéma, l’histoire... et en y associant un film le temps d’une soirée exceptionnelle.18h30 : conférence de Steven Jezo-Vannier en direct de Pessac20h30 : projection du film "Billie Holiday, une affaire d'état"Synopsis :En 1939, Billie Holiday est déjà une vedette du jazz new-yorkais quand elle entonne « Strange Fruit », un vibrant réquisitoire contre le racisme qui se démarque de son répertoire habituel. La chanson déchaîne aussitôt la controverse, et le gouvernement lui intime de cesser de la chanter. Billie refuse. Elle devient dès lors une cible à abattre.Billie Holiday a tout fait pour atténuer ses souffrances et oublier son enfance difficile, ses choix malheureux en matière d’hommes, et la difficulté de vivre en étant une femme de couleur en Amérique. La drogue fut l’une de ses échappatoires. Le gouvernement va retourner cette faiblesse contre elle et utiliser sa dépendance aux stupéfiants pour la faire tomber. Prêt à tout, Harry Anslinger, le chef du Bureau Fédéral des Narcotiques, charge Jimmy Fletcher, un agent de couleur, d’infiltrer les cercles dans lesquels évolue la chanteuse. Mais leur plan va rencontrer un obstacle majeur : Jimmy tombe amoureux de Billie…

10
fév
Monsempron-LibosLe Liberty

Billie Holiday, une affaire d'état

Cinéma

EZ3kiel

Avec ce nouvel opus, les Tourangeaux d’EZ3kiel – qui ont pour bonne habitude celle de ne pas en avoir – surprennent encore et repoussent une nouvelle fois les lignes d’une oeuvre pourtant déjà maitresse dans l’art du contre-pied.Parce qu’il mêle musique et littérature, La Mémoire du Feu est bien ce qu’il est coutume d’appeler un concept-album. Le disque nait ainsi de la collaboration entre trois musiciens d’un côté – les historiques membres Johann GUILLON & Stéphane BABIAUD accompagnés pour l’occasion de Nicolas PUAUX [Narrow Terence, Narco Terror) – et de l’autre, un auteur de polar, Caryl FEREY, à qui l’on doit notamment une série de romans noirs plus abrasifs les uns que les autres – Zulu, Mapuche ou Condor, pour ne citer qu’eux.L’histoire, c’est celle de Diane et Duane, les presque jumeaux, dont l’amour brûle et se consume au fil d’une saison en enfer, pour finalement renaître de ses cendres. Une spirale ascendante sous forte brise musicale, appelant la nature à la poésie et l’humain à n’abdiquer devant rien.Les chansons – forme musicale on ne peut plus inédite chez EZ3kiel – sont interprétées par un couple aussi énigmatique que magnétique composé de l’explosive Jessica MARTIN-MARESCO / Diane et du rocailleux Benjamin NEROT / Duane. Pensée comme un Choeur Antique à elle seule, l’actrice Olivia NICOSIA intervient au cours d’interludes entre les chansons, et narre dans une sorte de spoken words orchestré les forts intérieurs des amants. Enfin, les morceaux instrumentaux, de par leur force climatique naturelle, appuient la fulgurance du récit et soulignent la dramaturgie d’un album éminemment conçu pour emporter.En acceptant le jeu de composer leur nouveau disque sous l’autorité des textes en français de Caryl FEREY, EZ3kiel – habituellement auteurs d’un électro-rock instrumental cinégénique et de multiples albums studio mêlant sons analogiques et digitaux – prouvent leur désir de se mettre à nouveau en danger artistiquement, de rechercher sciemment l’inconfort de création afin d’accoucher d’une oeuvre qui – parce que finalement plus architecturée qu’à l’accoutumée – vient encore élargir le spectre artistique de leur discographie.Usant avec mesure et justesse de leurs différentes expériences et collaborations artistiques actuelles et passées, ils ouvrent avec La Mémoire du Feu la voie d’une musique hybride entre folk, électronique & rock organique et créent ce que l’on pourrait sans rougir appeler la « Post-Chanson Française ».

19
fév
AgenLe Florida

EZ3kiel

Concert

Dom Juan

Sganarelle 2.0En 2022, Molière aurait 400 ans et la compagnie de L’Illustre Théâtre lui rend hommage en le sortant de la naphtaline, et en installant son Dom Juan dans un environnement contemporain qui n’aurait certainement pas déplu au maître de la comédie à la française. Une façon d’inviter le public à redécouvrir l’un des classiques du théâtre dans une adaptation qui réussit à concilier l’ancien et le nouveau.2020. Dom Juan Tenorio, fils populaire du célèbre homme d’affaires Dom Louis Tenorio, s’est marié à la surprise générale avec Dona Elvire Leonora. Au lendemain de ses noces, Dom Juan est introuvable. Il est dès lors accusé de fuite et de trahison par la famille de Dona Elvire. Une chasse à l’homme s’engage. Sganarelle, meilleur ami et serviteur de Dom Juan, tente de raisonner ce dernier pour lui éviter une mort certaine. Commence alors une sorte de voyage initiatique qui lui permettra de révéler la part d’humanité enfouie en lui, ou de renforcer sa part d’ombre. C’est ce que nous découvrirons au fur et à mesure du récit.Le rythme soutenu de la mise en scène, l’éventail des références, des séries TV à la BD en passant par le Rap, les costumes... tout participe à créer, avec poésie et humanité, cet espace contemporain qui convient si bien au Dom Juan de Molière. Tigran Mekhitarian réussit ainsi à nous surprendre ! Il donne un air nouveau tout en finesse à l’œuvre, sans jamais la dénaturer ou l’appauvrir. Comique, gravité mais aussi intensité du jeu des acteurs, réinventent le rapport des maîtres et des valets, du jeu de l’hypocrisie et des faux dévots : des thèmes tellement contemporains !Adaptation et mise en scène : Tigran MekhitarianAvec : Théo Askolovitch, Marie Mahé, Tigran Mekhitarian, Eric NantchouangProduction : En Scène ! Productions et la compagnie de l’Illustre Théâtre Diffusion : En Scène ! Productions

3
mars
Villeneuve-sur-LotThéâtre Georges-Leygues

Dom Juan

Théâtre

Simone Veil « les combats d’une effrontée »

Avec Cristiana Reali - Création 2021Derrière l’icône, une femme à la destinée hors du commun. Une survivante de la Shoah, devenue ministre et présidente du Parlement européen.À travers une série d’entretiens accordés à sa petite-fille, Simone Veil se plonge dans ses souvenirs. Elle nous fait revivre ses combats pour les femmes, pour la paix, pour la mémoire. Une parole courageuse, engagée, passionnée. Comme un message lancé aux générations futures.Il y a d’abord cette étrange sensation, en cette chaude matinée d’été. Comme si le temps s’était brutalement figé. Comme si l’Histoire reprenait ses droits. Simone Veil entre au Panthéon, avec son mari Antoine. L’histoire de Camille, elle, ne fait que commencer. Appelée à prendre la parole sur Simone Veil dans une émission de radio, elle part à la recherche de ses souvenirs d’étudiante. À moins qu’il s’agisse des souvenirs de toute une génération, qui a grandi avec les combats de cette femme hors du commun. Dans le regard de cette jeune femme, la vie extraordinaire de Simone Veil apparaît soudainement, troublante de modernité. Comment trouve-t-on la force de consacrer sa vie aux combats politiques ? Comment reçoit-on cet héritage ? Avec Cristiana Reali et Noémie Develay-Ressiguier, en alternance avec Pauline Susini D’après Une vie, de Simone VeilAdaptation : Antoine Mory et Cristiana RealiMise en scène : Pauline Susini Scénographie : Thibaut Fack Lumières : Sébastien Lemarchand Vidéo : Charles Carcopino Son et création musicale : Loïc Le RouxPhoto : ABACA

16
mars
Villeneuve-sur-LotThéâtre Georges-Leygues

Simone Veil « les combats d’une effrontée »

Théâtre

My land

Inclassable, unique, oniriqueRepoussant les limites du corps, My Land nous invite à découvrir une discipline nouvelle et originale mêlant toutes les techniques de la contorsion circassienne et de la danse contemporaine. Un spectacle inclassable, unique, onirique, dont on sort ébloui et envoûté.La compagnie de cirque contemporain Recirquel a été fondée en 2012 à Budapest, par le réalisateur et chorégraphe, Bence Vági et par des acrobates de l’école hongroise. Elle crée des grandes productions qui transforment l’art du cirque en un art du mouvement capable d’exprimer des contenus abstraits, grâce à la musique originale composée spécifiquement et à l’imaginaire d’un monde visuel poétique fabuleux dans un espace empli d’illusions. Alliant cirque et danse classique, My land interroge les origines de l’humanité et se concentre sur la relation éternelle entre l’homme et la terre-mère. Bence Vági invite pour l’occasion sept artistes ukrainiens de renommée mondiale, qui ont réalisé cette création en interrogeant leurs trajectoires personnelles, entre traditions, liberté et amour. La mise en scène sur un plateau recouvert de terre exprime cette union du ballet, du théâtre et du cirque, dans un spectacle ensorcelant et magique.Par la Recirquel Company BudapestDirecteur, chorégraphe, concept : Bence VagiArtistes : Rodion Drahun, Roman Khafizov, Sergii Materynskyi, Yevheniia Obolonina, Andrii Pysiura, Mykola Pysiura, Andrii SpatarMusiques : Edina Mokus Szirtes et Gabor (Fiddler) Terjék Lumières : Jozsef Peto et Attila Lenzsér Costumes : Emese Kasza Production : Temal Productions Photo : Palyi Zsofia for CAFe Budapest Contempory Arts Festival

19
mars
Villeneuve-sur-LotThéâtre Georges-Leygues

My land

Danse

Ombre et lumière d'acier

À l’instar d’un silencieux Démiurge, Jean Suzanne sculpte, depuis plus de trente ans, tout un monde d’ombres, de lumière et d’acier qui illustre la pureté des formes et la dualité de l’univers.Dans le recueillement quasi mystique de son atelier, au milieu de ses carnets, de ses maquettes, Jean Suzanne découpe, ploie, polit le métal pour donner vie à la matière. Tout s’inscrit dans la durée, dans l’effort, voire dans la douleur physique. On pourrait croire que de ce corps à corps silencieux avec l’acier va naître l’image du chaos ou du champ de bataille. Il n’en est rien. De ses moraines, failles, fractures, mégalithes, se dégage un monde calme, apaisant, un sentiment de plénitude d’un monde originel, géologique, fait de roches, de minerais, de métal, de structures empruntant leurs formes aux stalactites, aux falaises basaltiques, à l’amoncellement de granits.Mais aussi d’un monde archéologique, fait de matériaux récupérés, d’engrenages, de boîtes de vitesse, de pignons, de fragments d’une civilisation qui a abandonné là ses rebuts.À la croisée de ces domaines se construit une quête du sens plastique, du rythme. Côte à côte, face à face, ces constructions dialoguent, leurs peaux se réchauffent de tons taupe, châtaigne. La lumière s’insinue, vibre, se réfléchit. Ombres et clarté s’y reflètent.La simplification des volumes prédomine et dans la plus grande retenue l’œuvre s’affirme, élégante et puissante. Jean Suzanne aboutit là une création essentielle où, dans l’intimité de sa solitude, chaque sculpture touche au dépouillement de la sagesse.

26 mars
au
12 jui
Villeneuve-sur-LotMusée de Gajac

Ombre et lumière d'acier

Exposition

L’amour vainqueur

D’Olivier PyOlivier Py, ancien directeur du Festival d’Avignon, s’est inspiré des contes de Grimm pour créer ce spectacle. Parce qu’elle a refusé d’obéir à son père, une jeune fille amoureuse est enfermée dans une tour. À sa sortie, elle découvre un monde ravagé par les conflits et la misère. Pour retrouver son prince, notre héroïne laisse place à l’écoute de ses désirs et affronte un général qui ne sait que semer le chaos.L’Amour vainqueur est une opérette où cinq personnages nous emmènent en alexandrins dans leurs aventures. Olivier Py signe une forme musicale à destination du jeune public. Il allie avec esprit le plaisir du théâtre musical et la conscience d’un monde trouble : le nôtre. L’œuvre des frères Grimm lui permet de parler aux enfants de ce dont on ne leur parle pas : le sens de la vie, de l’amour, de la violence et de la mort. Au désespoir il répond par la fantaisie, à la guerre par le chant, pour que l’amour, en compagnie de comédiens, chanteurs et musiciens, soit vainqueur.Texte, mise en scène et musique : Olivier PyAvec : Damien Bigourdan, Clémentine Bourgoin, Pierre Lebon et Antoni SykopoulosScénographie, costumes, maquillage : Pierre-Andre WeitzLumières : Bertrand KillyArrangements musicaux : Antoni SykopoulosConstruction décor : Ateliers du Festival d’AvignonConfection costumes : Ateliers de l’Opéra de LimogesProduction : Festival d’AvignonCoproductions : Opéra de Limoges, Opéra de Lausanne, Scène nationale du Sud-Aquitain, Théâtre Georges-LeyguesPhoto : Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

5
avr
Villeneuve-sur-LotThéâtre Georges-Leygues

L’amour vainqueur

Théâtre

Raphaël

Bande magnétiqueEn 2022, le chanteur et musicien Raphaël innove ! Plus qu'un simple concert, c'est un spectacle inédit auquel il nous convie.Une cabine de prise de son est posée au milieu de la scène. Des techniciens s’affairent à des branchements. Des bruits de forêts. Raphaël entre sur scène, il y a un piano droit, un vieil ampli avec une guitare électrique dans un étui. Trois magnétos à bande. Une pile de bandes. Raphaël pose son tabouret, s’assied au piano, commence à chanter, les magnétos se mettent à tourner. Depuis sa cabine sur la scène, un étrange ingénieur du son dirige la séance.Raphaël est interrompu, questionné par l’ingénieur, sommé de montrer ce en quoi il croit, d’aller plus loin dans l’intimité de ses chansons, d’améliorer ses versions.S’agit-il d’un réenregistrement live de ses anciens albums, l’enjeu ne serait-il pas en réalité bien plus important ?« J’ai toujours rêvé de proposer autre chose qu’un concert, éternelle géographie du chanteur et son groupe qui l’accompagne, l’idée de Bande magnétique est de revisiter toutes ces chansons, de différentes périodes à partir des pistes studios originales mises à nu, réorchestrées en live et envoyées dans des magnétos à bandes par un ingénieur du son un peu particulier qui connaîtrait intimement le contexte de ces chansons, le vrai, le faux, aurait accès à des informations qu’il ne peut pourtant pas connaître, ne se privant pas de les partager, permettant une mise en abyme aussi amusante que troublante. »Voix/Guitare/Piano : RaphaëlMulti-instrumentiste : Marc ChouarainComédien : en coursRégie générale : Jean-Marc BessonRégie son : Bob CokeRégie lumière : en coursBackliner : Aurélien TrubanCréation lumière : Sébastien LefèvreCréation vidéo : Alexandre BouvierMise en scène : Guillaume VincentScénographie : James BrandilyProduction : Astérios SpectaclesCoproductions : Scènes du golfe - Théâtres Vannes – Arradon, Radiant-Bellevue à Caluire-et-Cuire, L’Atelier à spectacles à Vernouillet, Train-Théàtre à Portes-les-valencePhoto : Arno Lam

15
avr
Villeneuve-sur-LotThéâtre Georges-Leygues

Raphaël

Concert

Le Médecin malgré lui

Comédie représentée pour la première fois à Paris le 6 août 1666 par la Troupe du Roi, Le Médecin malgré lui est la plus célèbre des farces de Molière. La compagnie Le Grenier de Babouchka redonne vie et légèreté à cette pièce du répertoire en la transposant en Russie, dans une mise en scène dynamique, accessible et rigoureuse. Attention, spectacle haut en couleurs et plein de joie !Sganarelle, bûcheron ivrogne et facétieux que son épouse Martine fait passer pour un médecin fou, ne se reconnaît comme médecin qu’après avoir été battu. Il en découle une série frénétique de quiproquos et de comédies de situation irrésistibles. Transposé en Russie avec tuniques rouges brodées, chapkas et balalaïkas aux cordes grattées dans la passion et la langueur, on retrouve ici tous les ingrédients qui ont fait le succès des spectacles de la compagnie : musique sur scène (accordéon, guitares, chants, harmonica, cajon et balalaïkas) et une troupe généreuse et dynamique !« Sganarelle est un homme qui rit, qui pleure, qui tape, qui se fait taper, qui aime les femmes  sans savoir les aimer, qui trompe, qui boit, qui demande pardon... pour mieux recommencer. Sganarelle ressemble aux personnages exubérants, comiques et poétiques sortis tout droit du folklore russe... Il est aussi l’incarnation des incontournables complaintes de l'homme incompris et mal aimé, le médecin fourbe, visionnaire, génial parfois et misérable souvent. Martine et Sganarelle est un couple mythique s'il en fut, fatigué par l'érosion de la vie, mais un homme et une femme qui s'aiment. Deux clowns pris dans une farce dont ils tentent de sortir, mais qui ne peuvent parvenir à s'échapper de leur condition, tellement humaine. Et c'est pour ça qu'on les aime... » Charlotte MatzneffMise en scène : Charlotte MatzneffAvec : Stéphane Dauch, Geoffrey Callènes, Sylvie Cavé, Jeanne Chérèze ou Juliette Behar, Patrick Clausse, Théo Dusoulié ou Henri Jonquères d’Oriola, Emilien Fabrizio ou Jade Breidi, Agathe SanchezCostumes : Corinne RossiMusiques : Tonio MathiasDécors : MatznevaAffiche: Grégoire MatzneffPhoto : Grégoire Matzneff

3
mai
Villeneuve-sur-LotThéâtre Georges-Leygues

Le Médecin malgré lui

Théâtre

Feu ! Chatterton

Grandiose fresque cyberpunk pour les temps confinés.Après deux disques d’or et deux nominations aux Victoires de la musique, Feu! Chatterton est de retour avec son nouvel album : Palais d’argile, grandiose fresque cyberpunk pour les temps confinés, pamphlet adressé à la start-up nation obsédée par le progrès et ode lumineuse à la Nature et à la transcendance. Après avoir sorti le rock hexagonal de sa torpeur en 2014, c’est sur scène que le Feu! va parfaire sa réputation, électrisant les foules des festivals les plus prestigieux (Francofolies, Rock en Seine, Solidays…) et les salles de concert (dont le Florida en 2015) aux quatre coins de la France. Feu! Chatterton revient avec un nouveau disque qui naît, dans un premier temps, d’un impératif de création lorsque le groupe est invité à créer un spectacle original au  printemps 2020. Cette manière nouvelle de composer, pour des acteurs et des actrices, a tout de suite fait écho à leur ambition théâtrale. Hélas, 15 jours avant la première, le gouvernement annonce le confinement national. Le spectacle est évidemment annulé, mais les chansons, elles, restent et constituent aujourd’hui les fondations du Palais d’Argile. C’est en juillet 2020, que sont enregistrées les chansons. Boris Wilsdorf, ingénieur du son du groupe culte berlinois Einstürzende Neubauten, est à la manœuvre, sous la supervision d’Arnaud Rebotini. Ce Palais d’argile porte bien joliment son nom : c’est un récit labyrinthique, mouvant comme les sables, dans lequel on ne cesse de s’empêtrer, de mourir et de renaître à soi. S’il ouvre des portes ce n’est que pour mieux nous recracher dans le creux de sa houle, nous perdre dans ses dédales fantasmagoriques. « Dans l’album, on crève l’écran, mais littéralement. On le traverse. Pour tenter de percer ce mystère : qu’y a-t-il de l’autre côté de la toile, du voile qui recouvre ce monde ? Nous n’avons pas la clé, bien sûr. Mais nous avons tenté de percer quelques trous de serrures. Et les trous de serrures changent les murs en portes. » confie Arthur Teboul, le chanteur du groupe. Le Palais d’argile vous ouvre grand les siennes.

11
mai
AgenLe Florida

Feu ! Chatterton

Concert

PartagerPartager sur linkedinPartager sur pinterest